Le Budo

màj 08/09/2008 / Accueil

Le BUDO

Traditionnellement c’est se chercher soi-même au travers de la question du sens de la vie et par conséquence de celle de la mort.
 
Parmi les premiers arts martiaux engagés dans la voie du Budo figure celui de la pratique du combat réel à l’épée. Il y avait donc un véritable risque de mort et la recherche d’efficacité était donc vitale.
Pratiquer pour perfectionner sa technique est un moyen d’avancer dans cette recherche, ce qui nécessite une introspection continuelle. Pour cela, il faut que le pratiquant ait le courage d’envisager ce qui fait défaut à sa propre pratique.
Si l’esprit est fragile alors le corps le sera aussi et les positions ne seront pas bonnes.
Il est de notre responsabilité de léguer aux générations futures un BUDO qui ait gardé toute son essence avec l’éducation admirable qui en découle.
 
L’objectif en est l’amélioration de la personnalité de l’homme pour construire une société pacifique et harmonieuse
 
Le BUDO KARATE
 
Le karaté ne peut pas se résumer à un sport de combat.
C’est une éducation globale qui développe non seulement le côté physique mais aussi le mental par le sens du respect et une culture de la dignité. Il doit aboutir à installer son pratiquant dans une réelle sérénité. Pour cela l’acquisition d’un esprit fort et en paix est indispensable pour gérer toutes les situations de stress.
Le Budo Karaté est le combat entre la vie et la mort et il faut en prendre conscience pour ne pas blesser ses partenaires d’entraînement. Il faut donc savoir s’arrêter avant de commettre une erreur. Si on ne le comprends pas on ne pourra pas comprendre non plus ce qu’est le bushido (littéralement : la voie du guerrier).
Etre attentif aux autres et leur communiquer ce sentiment, agir avec respect et partager son expérience, prêter attention à ses propres actes tout en restant naturel amènera votre entourage à vous apprécier et à vous respecter.
 
Notre Shito-ryu Shukokaï est une association idéale pour développer ces qualités en côtoyant des gens venant de tous horizons car elle existe en Europe,aux Etats-Unis, en Asie et en Australie et bien sûr s’est particulièrement développée au Japon.
On s’enrichit énormément au contact d’autres cultures et coutumes, de personnalités différentes, dans un esprit d’amitié et d’entre-aide.
 
 C’est grâce à un partenaire qu’on peut mener un combat. Peut importe que l’on gagne ou que l’on perde : on doit remercier son partenaire car il y a toujours quelque chose à apprendre de son adversaire.Et si l’on gagne on n’exprime pas bruyamment sa joie par respect pour l’autre et l’on finit toujours par un salut.
Le respect de l’autre et de ses pratiques est l’un des éléments essentiels du Budo. La récompense en est, tout simplement, le droit de vivre dans un monde agréable de paix et d’entente.
 
Le respect s’accompagne nécessairement de la rigueur. Rigueur dans la pratique bien sûr mais aussi dans tous les petits détails de la vie quotidienne.
La rigueur débute avant même d’avoir commencé la séance, en s’assurant que le tatami est propre, par exemple, ou que ses zooris soient correctement rangées.
 
Si vous êtes respectueux, attentionné et digne, personne ne pourra médire de vous et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous aider.
 
Etre un karatéka de haut niveau, c’est avoir une personnalité exemplaire pour les autres.
On ne peut pas attribuer un grade de haut niveau uniquement sur la démonstration de bonnes techniques. Pourtant, trop de karatékas, mêmes gradés, n’ont pas actuellement la richesse intérieure qui accompagne la pratique du Budo et ne peuvent pas être des guides pour les moins avancés.
A tel point que l’on peut s’inquiéter de la préservation de l’esprit du Budo et de sa transmission aux générations futures.
Pour être un karatéka haut gradé il faut connaître :
-         l’histoire du karaté
-         l’histoire du Shito ryu Shukokaï
-         Le Budo (son esprit, son essence, son but)
-         Les enseignements du Budo Karaté
-         Le Dojo (l’origine du mot et son histoire)
-         Les requis techniques de l’obtention du grade
-         Avoir acquis la personnalité, la dignité et le caractère requis à un bon karatéka
-         Ce que l’on voudrait léguer comme instructeur de karaté
-        
D’un autre côté beaucoup d’élèves ne sont pas réceptifs à ce que cherchent à leur transmettre leurs senseîs ou leurs sempaïs. La pratique assidue du Budo peut leur apporter l’éclairage nécessaire pour bénéficier de l’expérience et des conseils de leurs aînés.
Pourquoi est il nécessaire de suivre une discipline stricte ou de se forger l’esprit ? En fait c’est l’essence même du Budo Karaté.
 S’il s’écarte de son essence le Budo Karaté court à sa perte
Une des valeurs de notre existence, c’est de savoir donner des conseils sur la vie au travers du Budo.
 
Le DOJO
 
C’est un mot qui trouve son origine dans le bouddhisme. Là où les moines font leur apprentissage pour tendre à être comme Bouddha. Il y a toujours un « Kamidana », un autel domestique Shintô . Ce qui veut dire que sa conduite et son comportement sont corrects et dignes du dieu Shintoïste.
Où qu’il soit et quel qu’il soit, le dojo est un lieu qu’il faut préserver, honorer et respecter.  
 
 

 

  • Grades SSU
    màj 01/02/2016 / Accueil
  • Le karaté à nouveau candidat aux JO
    màj 24/06/2015 / Evènements
  • Rassemblement des clubs fin de saison 2014-2015
    màj 17/06/2015 / Stages
    Tous les clubs francais de la SSU à Chartres
  • GASSHUKU 2014 Carnac
    màj 18/04/2014 / Stages
    Stage de Maître Kamohara de fin de saison 2014
  • Japon 2013
    màj 12/12/2012 / Evènements
    Points à retenir au retour du Japon
  • Article KARATE BUSHIDO
    màj 20/01/2012 / Accueil
  • GENKI BUDO
    màj 23/11/2011 / Catalogue
  • Stage des experts japonais 2010: démonstration de sensei Kamohara
    màj 31/07/2011 / Katas
  • Guide du Japon
    màj 13/12/2008 / Accueil
  • Le Budo
    màj 08/09/2008 / Accueil